Lettre à François Hollande

Henri PEMOT                                       L’Ile Saint-Denis le 13 décembre 2013 E-mail : parlejecoute@yahoo.fr                                                                                         34 avenue Jean Jaurès                                                                                                         93450 L’Ile Saint-Denis – France

Monsieur François HOLLANDE                                                                                 Président de la République Française                                                                         Palais de l’Elysée                                                                                                           75008 Paris

Monsieur Le Président,

Une fois de plus, vous manifestez votre attachement pour la sécurité et la paix en Afrique et votre humanisme républicain en intervenant en Centrafrique face aux conflits fratricides qui déchirent ce pays.

Toutefois, Monsieur Le Président, nous ne pouvons épargner les responsabilités des acteurs politiques nationaux qui sont à l’origine du déséquilibre sécuritaire de leur peuple.

Aussi, nous devons considérer le Président par intérim, autoproclamé après un coup d’état, comme une personnalité qui ne peut demeurer à la tête de son pays tant ses déclarations dénotent son incapacité à gouverner.

En l’écartant du jeu politique, nous procéderons dans le même temps à la marginalisation de son groupe de milices voué à sa volonté d’extermination de sa population chrétienne que nulle raison ne peut justifier. Les chrétiens et les musulmans ayant toujours vécu en bonne harmonie dans le passé.

Monsieur Le Président, dès lors que la France est en commande pour le rétablissement de la paix en République centrafricaine, il est de votre droit et de votre devoir de trouver parmi les acteurs politiques, les interlocuteurs aptes à œuvrer positivement au retour de l’ordre démocratique.

D’une part, nous sommes d’accord que le Premier ministre, lui-même, ayant été victime des exactions malveillantes, est à même de mener cette période de transition ;

De l’autre, il y a des centrafricains qui partagent le sens du devoir démocratique, qui vivent aussi bine en France que dans d’autres pays d’Europe, qui sont disposés à s’investir pour un retour à l’ordre républicain dans leur pays.

Aussi, nous restons à votre disponibilité, si vous le juger nécessaire, pour voir ensemble les possibles d’une solution politique.

Dans l’attente, nous vous prions de croire, Monsieur Le Président, à notre dévouement pour l’Afrique.

Avec toute notre considération.

Henri PEMOT                                                                                                              Président de l’association                                                                                              E.A.S. FORTITUDE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>