extraits de poèmes de terre assiègée

TERRE ASSIEGEE

Extrait des textes – Editions L’Harmattan

 Ce n’est pas le poids inadmissible de la mort qui est insupportable mais les maux insoutenables et incurables que la guerre gangrène.

A Mam’Néné et Mam’Ntsintsi

TERRE AMPUTEE

Aux Terres assiégées

 Demain                                                                                                                                  Noirs et Blancs – L’incolore –                                                                                     D’esprit et de cœur                                                                                                       Comme un front sur le visage du monde                                                         Marcheront sur la colonisation                                                                               Jusqu’à la liberté effective                                                                                                   De tous les peuples opprimés                                                                                               

Lobi                                                                                                                                           Bayindo na Mindélé – Langui té                                                                                           Ya molimo pé ya motéma                                                                                               Locola elongui ya mokili mobimba                                                                               Ba kotambola likolo ya bato oyo ba tiaki biso ba wumbu                                   Té na lipanda mobimba                                                                                                       Na ba wumbu nyoso                                                                                                              

André Loubassou                                                                                                                    

Soir d’horreur                                                                                                                         Soir où la guerre arrive                                                                                                             Sur le repos paisible                                                                                                                 A quelle raison faut-il s’accrocher pour croire                                                             Puis                                                                                                                                                   L’horreur                                                                                                                                     Un – deux – un de l’infini                                                                                                         Le marteau traverse plus d’une fois le crâne                                                                   Le corps – le cœur                                                                                                                     André se hisse                                                                                                                             Le feu accourt à flot                                                                                                                 Sous les flammes – André                                                                                                       Brûlé jusqu’aux os                                                                                                               Mort pour l’intégrité                                                                                                             Mort pour le consensus                                                                                                           Mort d’avoir été l’exemple cadre                                                                                   Mort pour ne jamais mourir.                                                                                        

Algérie                                                                                                                                

 Changer le sens des aiguilles                                                                                               Faire renaître le temps                                                                                                           Et voir revenir                                                                                                                       Juin accompagné de M’Hamed Boukhobza                                                         Mahfoud Bekaï et Mahfoud Bouccebci                                                                     Mai présenter Tahar Djaout et ses écrits                                                                     Mars clamer Senhadri, Lyabes et Flichi                                                                 J’aimerai décrémenter l’âge                                                                                                 Etre à la genèse de la société et son ordre                                                                       Afin de placer Dieu en dehors du désordre                                                             Pour marquer la nuance entre le diable et lui                                                                

Je veille toute la nuit                                                                                                         Chaque jour au-delà de minuit                                                                                     Dans l’espoir de rencontrer Dieu                                                                                         Afin qu’il m’explique                                                                                                                 Qu’il m’explique                                                                                                                           Le droit divin qui autorise                                                                                               l’homme à tuer                                                                                                                       Alors que lui                                                                                                                           Attend la fin pour enterrer la fin                                                                                          

La lampe sur le front                                                                                                                 Je parcours l’Algérie                                                                                                         Souvent                                                                                                                                             Je m’arrête                                                                                                                                       Je demande                                                                                                                                     Les bustes se prosternent                                                                                                         Les mains miment le geste                                                                                                   Je me dis : pourquoi                                                                                                       Pourquoi extraire la vie                                                                                               Pourquoi tuer la terre                                                                                                             Alors que Dieu n’y réside pas                                                                                            

J’en appelle à l’âme                                                                                                                     Personne n’est Dieu                                                                                                       Personne                                                                                                                             Même pas lui-même.                                                                                                    

Patrice LUMUMBA                                                                                                                  

Le son d’une larme qui perle de joie intense                                                                 Sur une liberté reconquise dans l’indépendance                                                   Après des périodes de hautes soumissions                                                                 Qui jouxtent l’humiliation                                                                                                      

Tu as pensé supplanter le non-moi                                                                           Réhabiliter l’identité                                                                                                     Clamer noire l’entité                                                                                                               Dans une terre                                                                                                                             Où le diamant est une bourse importée                                                                             Qui convie la gourmandise convoitée                                                                            

La source n’est plus cette conscience                                                                             Puisée dans notre science                                                                                             D’ailleurs il n’y a plus de mémoire                                                                     Quelques certitudes illusoires                                                                                             Tel – tuer son frère                                                                                                                 Avec l’arme de la CIA                                                                                                         Pour s’emparer du trône                                                                                          

Aujourd’hui                                                                                                                                Tu es la mort et l’immortalité                                                                                           Deux clés d’une même serrure : La mémoire.                                                      

Graine de semence I                                                                                                            

Voici moi                                                                                                                                       Une racine émergée                                                                                                                 De multiples lianes                                                                                                             éclairées de soleils phréatiques                                                                                       Qui rasée le jour au canon meurtrier                                                                                 Sur la surface du monde visible                                                                                       Renaît de ma racine                                                                                                               Alors ne me parlez pas de moi                                                                                           Je suis                                                                                                                                

Esclave                                                                                                                                   Arraché à mes terres                                                                                                             Où le temps s’était arrêté au tournant du soleil                                                   Alors que les lunes restent obscures                                                                             Pour laisser éclore l’aube                                                                                                       Sur le conte originel                                                                                                             Habiter le retour                                                                                                                     Ne me parlez pas de l’an-historicité                                                                              J’existe                                                                                                                                              

Pourquoi alors me résigner                                                                                                 Je suis la boue écarlate de ma terre DEBOUT                                                         Où je puise la sève de ma mémoire                                                                                     Au cœur du baobab                                                                                                                   Marqué des écorces de la genèse                                                                                     Que les ancêtres racontent en silence                                                                          

Ne me recommandez pas de lire                                                                                       Je vous écris que j’ai des oreilles                                                                                       Pour écouter le silence bavard                                                                                           Sur les brûlures de mon histoire                                                                                         Ma terre est une langue des sens                                                                                     Pourquoi alors me résigner                                                                                                    

J’écoute le tam-tam                                                                                                                     Léché par le feu de brousse                                                                                               Qui ensoleille la pénombre de l’oubli                                                                         Battre le chant initiatique                                                                                                     Pour parfaire mon être total                                                                                              

Je veux                                                                                                                                               J’exige                                                                                                                                               Que vous laissiez ma matière première                                                                           Et que vous repreniez vos armes                                                                             Remballiez vos religions                                                                                               Retiriez vos canons                                                                                                               Sur la place de mes institutions                                                                                         Et repartiez avec votre démocratie                                                                             Afin de me laisser avec moi-même                                                                         Rebâtir mon dessein violé                                                                                                 Par les fossoyeurs qui ont réduit mes mains                                                                 A l’exploitation et la satisfaction de leur inextinguible soif                                 Me laissant à moitié affamé                                                                                            

Les bras parcourus de blessures incurables                                                               De hauts labeurs                                                                                                                       Je vais manger la nature jusqu’à satiété                                                                  Pour puiser les forces de son renouvellement                                                           Et faire éclore mon entité                                                                                                       En dehors de la liberté dépendante                                                                                     Votre liberté                                                                                                                                   la démocratie imposée                                                                                                   Votre démocratie                                                                                                                     la société importée                                                                                                             Votre libéralisme                                                                                                                       Je veux être moi avec les autres                                                                             Assassinez-moi                                                                                                                           Ce sont des jeux d’ombres                                                                                                         Sous la face du soleil                                                                                                           Mon rêve est une réalité irréversible.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>